Accueil » Infos pratiques » Le jardin

Le marcottage : la pratique

  • Chez de nombreuses espèces, le seul fait qu'une branche soit enterrée suffit à lui faire générer des racines. On peut toutefois accélérer ce phénomène en contrariant la circulation de la sève au voisinage du point où l'on veut les voir pousser.
  • Ce résultat peut être obtenu en entaillant profondément les branches, en l'étranglant au moyen d'un fil de fer fortement serré ou en décortiquant un anneau d'écorce préalablement délimité par deux incisions parallèle.
  • Ce dernier procédé est le plus efficace mais dans tous les cas, la sève descendante qui circule dans les vaisseaux périphériques du bois se trouvent arrêtés. Il se forme alors un bourrelet de tissus analogue au "cal" des boutures où abondent les hormones qui provoque l'émission des racines. Il est d'ailleurs possible de renforcer leur action par application sur les plaies, de poudre a base d'hormones de synthèse comme celles préconisées pour le bouturage. Il est nécéssaire de toujours faire les entailles ou les incisions juste en dessous d'un oeil.
  • Afin de transplanter ultérieurement en motte, il est possible de faire enraciner les marcottes par couchage dans des pot enterrés.
  • Utiliser alors des godets de tourbe compressée de 10 cm que vous échancrerez de façon à y faire pénétrer la branche cintrée.
  • Les marcottes "en l'air" faite avec des pousses herbacées peuvent souvent être séparées du pied mère au bout de 6 à 8 semaines. Les marcottes ligneuses ne sont généralement sevrées qu'en octobre-novembre suivant leur exécution printanière, période la plus propice à leur transplantation.
Espèce à multiplier Epoque Mode de marcottage
Plantes grimpantes, toutes espèces arbustives à rameaux souples et flexibles Printemps ou automne
Marcottage par couchage
Applicable à toutes les espèces à branches assez souples pour être ployées. Une ramification basse est enterrée dans une petite tranchée creusée à proximité du pied et maintenue en place par un crochet fiché dans le sol dur. Son extrémité est relevée verticalement et fixée à un tuteur. Les feuilles de la partie enterrée sont supprimées. Reboucher la trancher avec un mélange de sable et tourbe par moitiés.
Porte-greffes fruitiers et arbustes à rameaux rigides poussant en touffe érigée Printemps ou automne
Marcottage en cépée
Très utilisé pour beaucoup d'arbustes d'ornement et pour les porte-greffes fruitiers : Cognassier, Pommier, Paradis et Doucin, Prunier St Julien, etc.
La plante mère est rabattue, c'est-à-direcoupée à 10/15 cm de terre en hiver. De nouveaux rameaux se développent à partir des yeux latents. En mai, dès qu'ils ont une dizaine de cm de long, butter la touffe avec de la terre ou mieux, un mélange de sable et tourbe par moitiés.
Plantes d'appartement diverses, arbres et arbustes à branches raides Printemps
Marcottage aérien
Souvent conseillé pour "rajeunir" les Ficus, Philodenderons, Aralias, etc., dont la base s'est dégarnie de feuilles, mais applicable aussi à tous les arbres et arbustes d'ornement, Conifères, etc.
Aprés avoir, au besoin, supprimé les feuilles gênantes, entourer la tige d'un manchon de matière plastique (film de polyéthylène), maintenu en haut et en bas par une ligature et que l'on remplit d'un mélange assez humide de sable(ou de Vermiculite) et tourbe par moitiés.